Victimes d’un déficit en vitamine D, nous avons pris la direction du Sud en cette fin de mois de février. La destination finale était Valencia, une grande ville d’Espagne au sud de Barcelone.

Nous aurions dû faire étape à Collioure le premier soir, mais la fiabilité aléatoire de notre Touran a une fois de plus bouleversé nos plans, et nous a permis de redécouvrir Montauban, plus particulièrement cet hôtel dont la salle des petits déjeuners m’avait laissé un si beau souvenir lors de notre premier séjour. Premier séjour qui était choisi celui-là, et non subi en raison d'un naufrage de la route.

Nous avons gagné en prime un tour de camion-dépanneuse, la visite du garage d’un charmant village de Corrèze, et surtout, à la grande joie de Lucille, enchantée de connaître la ville de François Hollande, une arrivée triomphale (en Taxi s’il vous plaît) chez un loueur de voitures de Tulle : Une inoubliable journée.

Nous avons pu repartir à bord d’un Ford Kuga de 100 000 km et aux pneus lisses, qui, à peine avions -nous quitté l’agence, a commencé à nous implorer de l’emmener à la révision.. Il flottait comme un air de malédiction sur nos véhicules terrestres à moteur.

Et pourtant, ce furent de merveilleuses vacances.

Le prétexte initial du voyage était le circuit Ricardo-je-sais-plus-quoi, où Paulo avait réservé 3 jours de session moto. Mais pour les filles et moi, qui n’apprécions que modérément le fait de rester plantées dans les gradins à regarder des machines tourner sur une piste à plus de 200km/h dans un vacarme assourdissant, cette escapade a été l’occasion de profiter d’une météo printanière tout en découvrant cette charmante ville de Valencia.Où l'on mange des tapas et du jambon, où l'on boit du vino blanco et tinto, et dont les autochtones semblent avoir pour hobby de dessiner sur les murs au milieu des orangers.

072

074

099

108

133

144

148

150

175

179

181

196

209

216

223

228