Voici  le détail de ce qui se passe le matin entre 6h30 et 7H50 . Dans ce récit, pas de graines de chia, ni de thé Chaï ou Matcha, mais plutôt des produits laitiers, de l’efficacité, du Sam le Pompier, ou encore des « tu veux que je réveille papa pour lui expliquer que tu veux pas te laver ??!! ».

Après m’être extraite de la moustiquaire, je me dirige vers la cuisine, où je prépare deux biberons : Lucille, malgré son âge avancé, n’a pas atteint la maturité du petit déjeuner.

001

Pendant  les deux fois une minute de micro-ondes, je me précipite dans le salon pour allumer la télé, et la caler sur piwi + , d’où surgit Sam le Pompier, toujours imperturbable face à une bande de gosses inconscients qui multiplient les conneries, et donc les dépenses publiques indispensables à leur réparation.

J’apporte son biberon à Lucille, dans son lit, puis je vais réveiller Eléonore. Le flou de la photo du lit de Lulu reflète le brouillard dans lequel je me trouve encore à 6H36.

002

003

Eléonore s’extirpe à son tour de sa moustiquaire, quitte sa chambre, et va s’enquiller son biberon devant Sam le Pompier, dans un demi-sommeil.

004

005

Lucille la rejoint peu après.

Je me consacre alors à la préparation des goûters : en général, je tape dans les gâteaux réalisés par mes soins, et en cas de pénurie, j’essaie d’avoir en réserve un paquet de pains au lait industriels ou de gâteaux secs ; les bananes font également l’affaire.

008

 

Vient enfin le moment tant attendu de la douche : les filles se disputent avec véhémence le droit d’y aller en deuxième, chacune réfutant y être passée la première la veille, estimant que c’est donc à l’autre de se laver en premier. Une fois le débat tranché, il s’écoule à peu près dix minutes entre le moment où l’une part pour la douche et celui où l’autre en revient. Dans ces dix minutes, s’inscrivent les étapes des toilettes, de la douche stricto sensu, de l’habillage, et du nettoyage de visage.

Les filles se retrouvent alors de nouveau dans le salon, devant Topsy et Tim. Les jours de shampoing, il faut encore sécher les cheveux de Lulu et les coiffer.

003

A ce moment-à, il est environ 7H15, je vais moi-même me doucher et m’habiller.

C’est alors le moment du départ : chacune prend son sac, on éteint la télé, et on se dirige vers la voiture.

006

Une fois parties, Lucille enchante le parcours jusqu’à l’école en nous récitant les tables de multiplication.

 

A l’arrivée devant l’établissement d’Eléonore, qui ouvre à 7H40, nous attendons l'ouverture en faisant un peu de calcul mental.

010

011

Nous laissons le putois dans sa classe:

017

 

 

 

 

Nous remontons alors, Lulu et moi, dans notre fier Vitara, et allons nous garer à proximité du Lycée Français.  Lucille endosse son cartable, et se dirige vers le portail principal du lycée.

025

Pas la peine de chercher Lucille sur la photo, mon appareil s'est déclenché trop tard, elle avait déjà disparu, avalée par l'institution.

Et il est 7H50. L'heure de rejoindre ma théière.